VAINCRE LA POLIO
LA POLIO EN CHIFFRES
PARTENAIRES
  LA MALADIE
LE VIRUS
LA REEDUCATION
  UNE LONGUE LUTTE
LES VACCINS
930 cas en 2003, contre 1918 en 2002 et 201 cas en 2004, selon les données centralisées par l'OMS au 25/05/04. Détail par pays...
L'éradication :
Besoins financiers de l'initiative mondiale d'éradication de la poliomyélite (2004-2008)...
Mobilisation dans les derniers pays endémiques : Réunis à Genève le 15 janvier 2004, les ministres de la Santé des 6 pays où la polio est encore endémique ont publié avec les représentants de l'OMS, de l'UNICEF, du Rotary International et des CDC...
L'OMS a élaboré un plan stratégique 2004-2008, qui remplace celui conçu pour 2001-2005, en intégrant les mesures nécessaires pour faire face aux nouveaux problèmes apparus...
 
- L'INITIATIVE MONDIALE POUR L'ERADICATION
- LES ECONOMIES DE L'ERADICATION
- JOURNEE NATIONALE DE VACCINATION EN INDE
- LA SURVEILLANCE DES CAS DE POLIO
- « RATISSAGE » AU SOUDAN
- IMMUNODEFICIENCE ET RETOUR A LA VIRULENCE :    LES RISQUES DU VACCIN ORAL
- LA DRACUNCULOSE EN VOIE D'ERADICATION
- L'ERADICATION DE LA VARIOLE
La surveillance des cas de polio
TELECHARGEZ ce texte au
format PDF : 1 page / 83 ko

La surveillance de la polio est l'un des volets essentiels de la stratégie de l'Initiative mondiale d'éradication de la polio, à côté de la vaccination de routine, des Journées nationales de vaccination et du « ratissage ». Elle repose sur le recensement des paralysies flasques aiguës (PFA) et devra être poursuivie longtemps après que le dernier cas de polio au monde aura été signalé.

La « paralysie flasque aiguë » (PFA) est un des principaux symptôme de la polio. Dans cette forme de paralysie, les muscles n'ont aucune force et les membres sont « flasques ». Les réflexes tendineux et cutanés ont disparu. Les paralysies flasques s'opposent aux paralysies dites « spasmodiques », où les membres sont raides. Les PFA peuvent être provoquées par d'autres entérovirus que le poliovirus, comme les virus coxsackie ou echo, des bactéries, des médicaments ou encore des venins d'insectes et de reptiles. Dans des pays africains, par exemple, la polio disparaissant, les PFA entrent désormais le plus souvent dans le tableau clinique du syndrome de Guillain-Barré – une atteinte des nerfs provoquée par une maladie infectieuse, une injection ou d'autres causes, et qui disparaît généralement sans laisser de séquelle.

Gary Hlady, détaché des Centres de surveillance des maladies américains (CDC) pour organiser la surveillance de la polio en Inde explique ainsi le fonctionnement du système mis en place :

« L'objectif du réseau de surveillance est de détecter tous les cas de PFA. Le personnel soignant effectue alors un prélèvement de selles qui est envoyé dans un des sept laboratoires certifiés en Inde, pour analyse et recherche du virus.

« Nous disposons d'un instrument très fiable de mesure de l'efficacité du réseau de surveillance. Nous savons que dans n'importe quel pays, et indépendamment de la polio, il doit se produire au moins un cas de PFA par an pour 100 000 enfants. Si nous atteignons ce nombre de cas de PFA non dus à la polio, nous pouvons en déduire qu'il est probable qu'aucun cas de PFA ne nous échappe, donc aucun cas de polio. En Inde, le seuil de 1 pour 100 000 a été atteint au niveau national en mai 1998. »

Tous les cas de PFA dans le monde sont notifiés et font l'objet d'une procédure d'investigation strictement codifiée par l'OMS. Des échantillons de selles sont expédiés, dans des conditions normalisées, à un laboratoire homologué par l'OMS pour la détection du virus de la polio et l'identification du type viral. Les résultats sont envoyés au pays d'origine, qui signale les cas de PFA et de polio confirmée à l'OMS.

 
LIENS UTILES - QUI SOMMES NOUS - CONTACTS - RÉFÉRENCES
Ce site existe grâce au soutien d'Aventis Pasteur. Rédaction Dire la Science (Récits et citations extraits de Histoire de l'éradication de la poliomyélite, Les maladies meurent aussi, PUF, Paris, janvier 2004).